Passion à pleines dents

Quand la réalité rattrape les illusions

Fascinée depuis toujours par le monde des vampires, Clara Finley attend avec impatience l’ouverture du Grand Bal des Vampires, la convention internationale qui se tient pour la première fois aux Etats-Unis, à Las Vegas. Alors qu’elle fait la promotion de son spectacle, Clara rencontre la mystérieuse Jaimie Larren, propriétaire de l’hôtel casino Destiny.

Figure incontournable du Strip, Jaimie ne recule devant rien pour imposer son indépendance, mais son succès ne suffit plus à remplir le vide d’une existence solitaire. Son attirance pour Clara fait renaître en elle des sentiments associés à une vie passée.
Une relation torride naît très vite entre elles tandis que les décès brutaux se multiplient tout au long de la convention.

Mais qui sont les visiteurs menaçants surgis brusquement du passé de Jaimie ? Qui est-elle vraiment ? L’amour naissant entre les deux femmes survivra-t-il à la révélation de la vérité ?

Acheter le ebook sur Homoromance Editions
Acheter sur Amazon

Point de vue des autrices
Dans ce deuxième livre que nous écrivons ensemble, nous avons souhaité continuer dans la veine très sensuelle commencée avec « Escorte d’un soir », tout en explorant un lieu et un thème que Kadyan n’avait jamais abordés : Las Vegas et les vampires.

Les vampires
Le choix de revisiter les représentations liées aux vampires nous est apparu comme une évidence. Si Kadyan n’est pas vraiment une amatrice de vampires, Nik, en revanche, a lu de nombreux romans mettant en scène ces créatures mythiques, depuis le « Dracula » de Bram Stoker jusqu’aux « Chroniques des vampires » d’Ann Rice, pour ne citer que les plus connus. L’avantage avec les personnages inventés, c’est qu’on peut les modeler à sa guise. Nous voulions en effet mettre en scène des vampires différents de la tradition, qui pouvaient vivre en plein jour, ne craignaient ni l’ail ni les miroirs ni les crucifix, ne dormaient pas dans un cercueil et ne se transformaient pas en chauve-souris, bref, des personnages assez éloignés du grand ancêtre Dracula.
Nous avons ainsi décidé de placer une convention vampirique à Las Vegas, sur le modèle des conventions de fans qui existent par exemple pour Star Trek ou d’autres univers fictionnels. Ce choix nous a permis de jouer avec humour sur les clichés attachés aux vampires par l’intermédiaire des participants à la convention et des idées préconçues des personnages extérieurs.

Las Vegas
Las Vegas, empire du jeu, mais aussi ville au milieu du désert, n’a rien à voir avec les lieux que hantent traditionnellement les vampires : la Transylvanie, bien sûr, pour Dracula, mais aussi La Nouvelle-Orléans et les capitales européennes dont la nombreuse population sert de garde-manger aux vampires, en particulier dans les quartiers mal famés. Le contraste nous a donc paru particulièrement intéressant, d’autant que l’histoire de Las Vegas, relativement récente puisque la ville est née au début du XXe siècle, ouvrait des perspectives différentes pour l’intrigue. C’est en effet une ville de joueurs mais aussi de spectacles, sur laquelle l’ombre du crime organisé et de la mafia a longtemps plané.
Nous avons donc eu toute latitude pour imaginer un scénario original ajoutant une bonne dose d’aventure, d’enquête policière, de conflits entre vampires à une intrigue centrée autour de la relation torride entre les deux héroïnes.

Qui est Carmilla ?
Le pseudonyme choisi par Clara pour son spectacle est un hommage au roman du même nom de l’écrivain irlandais Sheridan Le Fanu. Paru en 1872, soit vingt-cinq ans avant le « Dracula » de Bram Stoker », « Carmilla » met en scène une mystérieuse inconnue qui se révélera être un vampire, s’attaquant à une jeune fille à laquelle elle se lie par une ardente amitié. Carmilla est considérée comme une représentation de la sensualité féminine, et en particulier lesbienne.
Clara a donc choisi en connaissance de cause son pseudonyme, un véritable nom de code pour les amateurs du genre qui n’ignorent pas l’influence de « Carmilla » sur l’œuvre ultérieure de Bram Stoker (et sur les multiples films mettant en scène des vampires lesbiennes prédatrices).

Documents joints